La pédagogie Montessori et l'autisme

Montessori et autisme

Le matériel pédagogique mobilisé dans la méthode Montessori est réputé par sa capacité à isoler les difficultés pour y remédier à travers des activités pratiques et pragmatiques, compatibles avec l'enfant « penseur concret ». Parce que les enfants atteints d'autisme ne suivent pas la même courbe de développeur que les enfants non porteurs de troubles, il est important d'ajuster la pédagogie Montessori à plusieurs niveaux pour prendre en compte les motivations atypiques, le manque d'initiative et la réticence au changement de l'enfant diagnostiqué autiste.

Perturbation des relations sociales, du comportement et de la communication

Maria Montessori, première femme médecin en Italie au début du 20e siècle, a développé sa pédagogie sur la base d'outils tangibles et manipulables par les jeunes enfants pour concrétiser les enseignements pratiques et théoriques. Le programme évolutif qu'elle a développé est particulièrement adapté aux besoins des enfants autistes. D'ailleurs, de nombreuses associations et établissements destinés à accompagner les parents dans l'éducation des enfants autistes proposent des formations à la méthode Montessori, perçue un catalyseur de développement sensoriel et cognitif chez les enfants qui connaissent des difficultés. L'autisme est un trouble sévère du comportement qui débute généralement avant l'âge de 3 ans. Il impacte simultanément :

• Les interactions sociales, induisant un certain isolement de l'enfant ;
• Le comportement, avec des symptômes comme les gestes répétitifs et les rituels ;
• La capacité de concentration avec un enfant qui montre un intérêt restreint pour les choses qui l'entourent, sauf pour certains objets ordinaires bien distincts ;
• Le langage, avec des troubles au niveau de la communication verbale et non-verbale.

En somme, trois éléments caractérisent l'autisme : la perturbation des relations sociales, les troubles du comportement et les difficultés de communication. Certains comportements sont omniprésents comme le fait de tourner sur soi-même et de se balancer. L'enfant autiste pourra montrer une fascination inhabituelle pour des objets pourtant sans grand intérêt comme un bout de ficelle. Il a besoin de rituels et supporte mal les changements du quotidien. Ces comportements peuvent s'atténuer, voire disparaître avec le temps, tout en réapparaissant ponctuellement. Il appartient aux parents d'en identifier les facteurs déclencheurs et aggravants pour les prévenir.

Ajuster la pédagogie Montessori pour catalyser le développement de l'enfant autiste

Dans un environnement inspiré de la pédagogie Montessori avec un nido, des mobiles Montessori, un lit sans barreaux et une chambre aménagée horizontalement à petite hauteur, l'enfant non porteur de troubles va spontanément se diriger vers les activités. Ce n'est pas forcément le cas de l'enfant autiste qui peut se sentir mis en échec ou frustré par ses difficultés. Il est important de prévenir ce sentiment d'incompétence pour ne pas pousser l'enfant à fuir les nouvelles activités. Les parents et les éducateurs doivent faire preuve de bienveillance et de tact pour accompagner l'enfant et l'inciter à manipuler le matériel Montessori, à la fois verbalement mais aussi physiquement. Tout est question de dosage : si la méthode Montessori préconise une autonomie aussi grande possible pour les enfants non porteurs de troubles, elle doit être ajustée avec plus de présence des parents et des éducateurs pour un enfant autiste.

L'école Montessori s'éloigne du système de jugement qui prévaut dans l'école traditionnelle. On n'y entend que rarement des phrases comme : « Ce dessin est mal fait » ou « C'est excellent ! ». On mobilise une forme de neutralité bienveillante pour booster l'estime de soi. Or, l'enfant porteur de troubles a besoin de reconnaissance et de motivation externe pour faire fi de sa tendance à l'isolement et entretenir son intérêt. La réticence au changement de l'enfant autiste n'est pas prise en compte dans la pédagogie Montessori. Pour y remédier, l'éducateur doit espacer les nouvelles activités tout en élargissant le temps d'exposition au matériel Montessori afin que l'enfant puisse en absorber tous les enseignements. Un système de travail TEACCH peut venir se greffer à la méthode Montessori dans le cadre scolaire pour appuyer le développement de l'enfant porteur de troubles.

In fine, la synergie entre la pédagogie Montessori et les approches cognitives et/ou comportementales de type TEACCH ou ABA va former un système pédagogique harmonieux et cohérent qui, avec la bienveillance et l'implication des parents et des éducateurs, pourra concourir à réduire drastiquement les symptômes de l'autisme et à améliorer la qualité de vie de l'enfant.