La méthode Montessori

La méthode Montessori

Développer le plein-potentiel de l'enfant et l'intégrer dans le monde en tant que citoyen engagé, compétent, socialement responsable et profondément empathique. C'est le dessein ultime de la pédagogie Montessori qui, par la combinaison de l'apprentissage par l'expérience, la responsabilisation, l'autonomie et la bienveillance, catalyse le développement de l'enfant, de la naissance au lycée, en recentrant l'enseignement sur sa personne, dans une approche personnalisée et en phase avec ses ambitions personnelles.

La FAQ de l'éducateur Montessori

Les barrières à l'entrée dans l'univers de l'enseignement alternatif sont peu exigeantes. Il est même tout à fait possible d'accéder à une formation Montessori de qualité sans expérience préalable dans l'enseignement ou, plus largement, dans les métiers de l'éducation et de la formation. Se former à la pédagogie Montessori naît d'abord de la volonté d'accompagner les jeunes enfants dans leur développement, non pas par des chemins balisés qui brident leur créativité et leur potentiel, mais plutôt par le sentier qu'ils vont eux-mêmes construire, au gré de leurs envies et de leur curiosité.

L'éducateur Montessori est garant des conditions d'apprentissage à l'école. Il doit être en mesure de proposer aux enfants un environnement à la fois agréable et stimulant et les guider, toujours avec bienveillance, en s'aidant du matériel Montessori à sa disposition. Depuis la création de l'Institut Supérieur Maria Montessori (ISMM) en février 1998, on observe un certain engouement autour de cette philosophie, que ce soit auprès des parents soucieux de proposer à leurs enfants une approche moins contraignante que celle proposée par le système scolaire classique, mais aussi auprès des enseignants, éducateurs et formateurs qui souhaitent s'inscrire dans une démarche centrée autour de l'enfant « individu » plutôt que la classe en tant qu'entité unique et uniformisée.

Aujourd'hui, à l'écriture de ces lignes, il n'existe en France que deux centres de formation Montessori agréés par l'Association Montessori Internationale (AMI) : l'ISMM qui propose des formations d'éducateur de la naissance à 12 ans avec un large panel de cursus post-diplôme pour entretenir les connaissances et approfondir la compréhension de la pédagogie chère à Maria Montessori, puis le Centre de Formation Montessori Francophonie (CMF) qui ne propose qu'une seule formation pour l'école élémentaire pour les enfants âgés de 6 à 12 ans.

Pour vous aider à y voir plus clair, nous avons compilé les questions les plus récurrentes de ceux qui aspirent à devenir éducateur Montessori. Voici nos réponses :

#1 Quel est le salaire d'un éducateur Montessori ?

Bien entendu, et comme dans tous les métiers, le salaire dépend de plusieurs variables comme l'expérience, la formation suivie, l'investissement personnel, les langues parlées, la durée du travail et la taille de l'école ou de l'organisation qui emploie l'éducateur. La fourchette va du salaire minimum légal jusqu'à plusieurs milliers d'euros par mois pour les éducateurs qui occupent le poste de directeur ou de directrice dans une école urbaine.

#2 Puis-je prétendre ouvrir une école Montessori après avoir suivi une formation ?

Selon la loi française, toute personne justifiant, à minima, du baccalauréat, peut ouvrir une école privée. Vous pouvez suivre volontairement une formation spécialisée dans la création et la gestion des établissements scolaires avec, dans la mesure du possible, un module sur les pédagogies alternatives.

#3 Faut-il déjà être enseignant pour pouvoir suivre une formation Montessori ?

La réponse la plus simple est « non ». N'étant pas (encore ?) reconnue en tant que telle par le ministère de l'Education Nationale français, mais aussi dans les principaux pays de l'Union Européenne, la pédagogie Montessori est accessible à tous. En général, aucun diplôme d'Etat minimum n'est exigé par les établissements de formation qui proposent des cursus axé sur les pédagogies alternatives.

La sélection pour devenir enseignant Montessori se fait généralement sur un entretien de motivation, sur le niveau de français et sur la cohérence du projet professionnel. Toutefois, il est indéniable que les lauréats qui ont déjà exercé en tant qu'enseignants, éducateurs ou formateurs partent avec une longueur d'avance sur le marché du travail.

#4 Combien d'élèves pourrais-je avoir dans ma classe Montessori ?

Contrairement à ce que l'on pourrait croire et à ce qui est légion dans la majorité des écoles Montessori, il n'est pas nécessaire d'avoir une très petite classe pour assurer un enseignement de qualité. Favorisant la mixité sociale et la création d'une communauté, la pédagogie Montessori est loin d'être incompatible avec un effectif moyen ou élevé. Ainsi, en dehors des « ambiances Montessori » pour nourrisson et enfant en bas âge, vous pouvez accueillir jusqu'à 30 élèves de plus de 3 ans sans entamer la qualité de l'apprentissage.

Pour les classes destinées aux enfants de moins de 3 ans, un effectif total de 15 reste la limite préconisée.

#5 Est-il vrai que je dois TOUT maîtriser, des mathématiques à la géographie en passant par l'art et l'éducation physique ?

C'est une question légitime, dans la mesure où les enseignants Montessori sont formés pour devenir des généralistes, qualifiés pour enseigner la totalité des composantes du programme de la pédagogie Montessori. Toutefois, de plus en plus d'écoles choisissent de coupler l'apport de l'enseignant à des interventions de spécialistes externes, notamment dans les domaines de la musique et de l'art en général, des langues étrangères, de l'éducation physique et des sciences.

#6 Pourquoi est-il préférable de ne pas noter mes élèves ?

Selon la méthode Montessori, les notes et les autres récompenses n'impactent la motivation qu'à très court terme. En tant qu'éducateur soucieux du développement cognitif et sensoriel des jeunes montessoriens sur la durée, vous êtes amené à nourrir la motivation qui vient de l'intérieur pour stimuler le désir d'apprendre. Un apprenant motivé apprend aussi à être autosuffisant et autonome.

Il comprend très vite qu'il s'instruit pour se faire plaisir et pour répondre à son besoin interne d'épanouissement, pas pour recevoir les faveurs de son éducateur ou de ses parents. Bien qu'ils n'attribuent pas de notes à leurs jeunes élèves, les enseignants Montessori sont tenus d'observer de près les progrès et la volonté de chaque élève. Les notes seront transmises aux parents, généralement par l'enfant lui-même qui peut ainsi les commenter et donner son avis.

La pédagogie Montessori, de la crèche au lycée

Une approche pédagogique transversale

Testée depuis plus d'un siècle dans des environnements différents, de l'Australie aux Etats-Unis en passant par l'Afrique du Sud, l'Europe de l'Ouest et le Canada, la pédagogie Montessori qui doit son nom au médecin italien Maria Montessori est une approche éducative centrée sur l'enfant et basée sur des observations scientifiques qui vise à accompagner l'enfant, depuis sa naissance jusqu'à la fin de sa scolarité au lycée, dans son développement et son épanouissement.

Elle perçoit l'enfant comme étant un être naturellement porté vers l'apprentissage, la découverte, l'expérimentation et l'exploration, et s'emploie à lui proposer un environnement favorable à l'éclosion de ses talents et à la concrétisation de son plein-potentiel. C'est également une approche pédagogie transversale, en ce sens qu'elle valorise le développement de l'enfant tous toutes ses facettes : physique, sociale, émotionnelle et cognitive.

Pour qu'un programme soit considéré comme étant authentiquement Montessori, il doit respecter un certain nombre de prérequis : être dispensé par un éducateur formé à cette pédagogie alternative, se baser sur le matériel Montessori, impliquer des effectifs compris entre 10 et 30 enfants avec, dans la mesure possible, un certain accent sur la mixité sociale, et se dérouler dans une classe ou une « ambiance Montessori » qui incite à l'apprentissage.

L'enseignant Montessori, l'enfant et l'environnement constituent ce que l'on appelle un « triangle d'apprentissage ». La classe est préparée par l'enseignant dans le dessein d'encourager l'indépendance, la liberté de mouvement et l'autonomie. L'enfant, par le biais de l'exercice de sa volonté et de ses choix individuels qui ne sont pas bridés par l'éducateur, mobilise ses aptitudes pour tirer profit de ce que cet environnement bienveillant lui offre.

Son interaction avec son éducateur se résume au soutien, à la démonstration ponctuelle et au conseil. Dans un souci d'enrichissement de l'expérience et des échanges entre les enfants, la pédagogie Montessori préconise des groupes multi-âges : les enfants les plus jeunes apprennent des enfants plus âgés, et les enfants les plus âgés consolident leur apprentissage en enseignant des concepts qu'ils maîtrisent. Il n'est d'ailleurs pas rare que l'éducateur Montessori délègue une partie de son travail d'enseignement à un jeune élève ayant bien assimilé un concept donné.

Cette configuration est calquée sur le monde réel, où les individus travaillent et socialisent avec des personnes de tous les âges et de toutes les catégories sociales.

De la petite enfance à l'adolescence : du concret du terrain à l'abstrait universel

Le docteur Maria Montessori a observé que les enfants connaissent des périodes sensibles qu'elle appelle des « fenêtres d'opportunité ». « L'art » Montessori repose sur la détection de ces périodes pour en tirer le meilleur profit. Au fur et à mesure que leurs élèves progressent, les enseignants Montessori adaptent les enseignements et le matériel pédagogique proposé pour que l'apprentissage soit le plus naturellement absorbé et intériorisé. Dès la petite enfant, les jeunes montessoriens sont amenés à manipuler, expérimenter, essayer, à travers des activités sensori-motrices en travaillant avec un matériel spécialement pensé pour développer leurs aptitudes cognitives par l'expérience directe : voir, entendre, goûter, sentir, toucher et bouger.

L'enfant est amené à « commettre » des erreurs successives avant de réussir sa manipulation. La bonne exécution s'accompagne alors de la compréhension autonome de la règle, de la technique, du théorème, avec une conscience des erreurs commises ou à ne pas commettre. Au cours des années élémentaires, l'enfant continue d'organiser sa réflexion en travaillant avec un matériel didactique adapté à ses progrès ainsi qu'un programme pluridisciplinaire, passant du concret (manipulation d'objet et travail des mains) à l'abstrait (généralisation, théorisation). Cette approche favoriser l'interconnexion entre les sciences dites abstraites et le monde réel. Ce cheminement prépare l'enfant au monde de l'adolescence, où la pensée et l'émotion évoluent vers des concepts plus abstraits et plus universels comme l'égalité, l'équité, la liberté et la justice.

Les différents cycles de la pédagogie Montessori

La crèche : à ce stade, l'éducateur Montessori et les parents vont braquer les projecteurs sur les notions structurantes de l'autonomie et de l'autodiscipline, en se basant sur un matériel et des activités dites « auto-correctrices ». L'ambiance Montessori ne fait pas exception à la règle multi-âges, dans la règle où il n'y a pas de segmentation selon les sections. Ainsi, « petits », « moyens » et « grands » évoluent dans la même ambiance pour favoriser l'apprentissage des plus jeunes et consolider les acquis des enfants qui s'approchent de l'âge de 3 ans ;

La maternelle : en France, la méthode Montessori est majoritairement présente dans le cycle des 3 – 6 ans. L'enfant devient ici son propre constructeur ; un constat résumé par la fameuse phrase : « Aide-moi à faire seul ». L'enfant gagne en autonomie et est davantage porté par l'expérimentation et l'exploration. Il créé de son propre chef, sous la supervision et l'observation d'un éducateur qui devra faire preuve de flexibilité et bienveillance à l'égard des enfants pour ne pas brider leurs envies d'exploration et de découverte ;

L'école primaire : c'est la seconde grande étape du développement du Montessorien. Parents, enfants et éducateur travaillent sur l'émergence de « l'homme moral ». Entre 6 et 12 ans, l'enfant a besoin d'intimité, d'être pris au sérieux, de formuler des idées intelligibles et intelligentes, d'écoute, d'estime ;

Le collège : Maria Montessori propose à ce stade un système de microsociété que les jeunes adolescents gèrent en toute autonomie, avec le concours discret de l'équipe pédagogie. Il s'agit d'un environnement rural, basé sur l'agriculture et l'élevage, dans un internat, loin du cocon familial pour sortir les adolescents de leur zone de confort et les responsabiliser davantage ;

Le lycée : retour à la classe avec, comme dans les cycles précédents, des passerelles concrètes entre les classes de seconde, de première et de terminale. Un élève de seconde doué en mathématiques pourra par exemple assister aux cours proposés aux élèves de la première. L'âge de l'enfant n'est en rien un frein à sa progression.

Sur le même sujet: